Spectacle 2017 Le Petit Soldat de plomb

Des voix légères et des rires éclatants se font entendre dans le grand salon d'une maison bourgeoise. Les invités se pressent nombreux pour entourer les parents d'un petit garçon bien trop gâté qui fête ce soir son anniversaire...

Photos - Sélection

A l'attention du visiteur pressé qui veut découvrir en quelques instants la qualité de nos spectacles, voici une sélection de trente photographies qui restituent l'atmosphère si particulière qui règne lors des représentations : magie de la lumière, surprise des effets spéciaux, beautés des costumes, féerie des décors, rebondissements de l'action. Pour en savoir plus, le visiteur curieux pourra consulter la rubrique Médiathèque > Photos spectacles dans le Menu principal.

Photos - Galerie complète

Cliquez sur l'image ! Les photographies du spectacle sont visibles en cliquant sur la galerie ci-dessous ou à partir du menu principal dans la rubrique Médiathèque > Photos spectacles.

Ecoutez l'histoire !

Appuyez sur le bouton  du lecteur audio pour écouter notre adaptation du Petit Soldat de plomb de H.-C. Andersen. Il s'agit des sept voix off qui introduisent les cinq actes : elles permettent de découvrir l'univers sonore de notre spectacle et favorisent une bonne intelligence du mouvement chorégraphié (durée 13'53).

Acte I

Une soirée d'anniversaire - Des voix légères et des rires éclatants se font entendre dans le grand salon d'une maison bourgeoise. Les invités se pressent nombreux pour entourer les parents d'un petit garçon bien trop gâté qui fête ce soir son anniversaire. Ils le couvrent de baisers et de cadeaux. En soulevant le couvercle d'une jolie boîte colorée, il ne peut retenir un cri de joie et ne peut s'empêcher de battre des mains tant la surprise le ravit : c'est une boîte de petits soldats de plomb.

Animation des jouets à minuit - Les conversations se sont apaisées et les invités se sont dispersés. Les heures se sont écoulées et la nuit s'est avancée dans le grand salon pour en chasser les derniers hôtes, abandonnant la maison au silence et ses occupants au sommeil. Le tic-tac assourdi de l'horloge ne trouble pas le repos des lieux et nul ne pourrait imaginer que dans l'obscurité de la nuit un prodige se prépare. Un coup, puis un autre, et un autre encore se font entendre à l'horloge et, à l'instant même où retentit le douzième coup de minuit, les jouets commencent à s'animer : des poupées de chiffon dansent avec des ours en peluche au rythme des tambourins, des toupies et des marottes rivalisent d'audace en virevoltant parmi les quilles d'un jeu d'adresse. Ce qu'il y a de plus charmant, c'est une boîte à musique où se tient en arabesque une jolie danseuse. Sur cette scène miniature, s'élève une tonnelle de rosiers taillés avec soin, autour d'un minuscule miroir imitant un lac où des cygnes élégants évoluent avec grâce. Plus loin, les soldats de plomb s'impatientent dans leur boîte et engagent une manœuvre pour en soulever le couvercle. Ils ont fière allure dans leurs uniformes rouges et blancs, tous parfaitement identiques car ils sont nés d'une même cuillère de plomb dans l'atelier de fonderie. Tous ? Pas tout à fait ! L'un d'entre eux n'a qu'une seule jambe : il ne restait pas assez de plomb pour un moulage complet et son défaut de fabrication a échappé à la vigilance des fondeurs. Il se tient fièrement sur cette unique jambe, mais il se laisse bientôt troubler par la jolie danseuse en arabesque qui, de l'endroit où il l'observe, offre à son regard ébloui une gracieuse silhouette en équilibre... comme lui sur une unique jambe. Tout irait pour le mieux dans ce charmant tableau si ne se profilait l'ombre menaçante du diable à ressort épris lui aussi de la jolie danseuse.

Acte II

Le lendemain matin dans le rue - L'obscurité entretient bien des mystères et nul ne pourrait expliquer avec raison comment un petit soldat de plomb, sagement rangé dans sa boîte avec ses compagnons d'armes, a pu disparaître dans la nuit. Vous croyez avoir assisté à ce prodige, mais déjà vous n'en êtes plus tout à fait sûr ! Ce n'était probablement qu'une illusion entretenue par un accès de fièvre si fréquent chez l'adulte que vous êtes devenu, un accès de nostalgie heureuse quand vous songez à votre enfance. Vous vous souvenez vaguement qu'un soldat de plomb et une gracieuse danseuse sont tombés éperdument amoureux l'un de l'autre. Ils ont provoqué la jalousie d'un diable à ressort qui, dans un mouvement de colère, a précipité le malheureux soldat du troisième étage dans le vide d'une rue inconnue. Quel terrible chute ! Tout cela n'était probablement qu'un rêve car la lumière du jour vous fait ouvrir les yeux et vous êtes à présent emporté par la foule des clients sur une place de marché animée et bruyante. Des enfants agités bousculent les badauds, d'autres émerveillés tombent en arrêt devant le marchand de ballons, d'autres encore en courant manquent de piétiner le petit soldat de plomb qui, après sa chute, est resté planté tête en bas et jambe en l'air, la baïonnette enfoncée entre deux pavés. Le soldat n'ose leur crier « Prenez garde ! » de crainte de déshonorer l'uniforme. La pluie commence à tomber. Les enfants sautent à pieds joints dans les flaques ou marchent en équilibre sur le bord des trottoirs au-dessus des caniveaux où grossissent les eaux de pluie. C'est là qu'ils découvrent le soldat tombé sur les pavés. Ils lui fabriquent un bateau en papier avec un vieux journal, le mettent à flots, courent à ses côté et battent des mains en le regardant naviguer, ballotté par le courant du caniveau. Le soldat de plomb reste impassible jusqu'au moment où...

Acte III

Les égouts - Le soldat de plomb est resté impassible, sur son bateau de papier voguant dans le caniveau, jusqu'au moment où, échappant aux enfants, il a chuté par un avaloir de la chaussée dans une obscurité vertigineuse. Où est-il à présent ? Le calme de ces lieux est traversée par l'écho sinistre d'un goutte à goutte tombant des voûtes crasseuses, par un ruissellement d'eaux malodorantes, par des gémissements étranges : là ça chicote comme des rats, là ça couine comme des chauves-souris... Pas de doute, les aventures du petit soldat de plomb se poursuivent dans les égouts. De temps à autre, un soupirail jette une lueur blafarde sur un décor lugubre de ferrailles rouillées qui dessinent sur les murs d'effrayantes figures fantomatiques. Seule le désir de retrouver la jolie danseuse lui donne le courage d'affronter de nouveaux dangers.

Acte IV

La rivière - Gonflé par la pluie, le niveau des eaux n'a pas cessé de monter dans les égouts. Un courant toujours plus fort a emporté le bateau de papier et son vaillant capitaine dans un flot tumultueux. Le frêle esquif a roulé dangereusement sous l'effet de la houle, une voie d'eau s'est ouverte dans son flanc qui s'est déchiré laissant des paquets d'eau alourdir, réduire en lambeaux et engloutir ce qui restait du modeste pliage de papier. Au bout du canal souterrain, alors qu'il lui semble apercevoir enfin la lumière du jour, le naufragé franchit une vanne et se jette dans la rivière voisine. Dans sa chute, il n'a pas le temps d'admirer le charme bucolique du paysage et de goûter aux plaisirs d'une partie de pêche. Il coule à pic dans les eaux vives de la rivière qui pour être plus douces et plus fraîches que celles des égouts n'en sont pas moins pleines de surprises et de périls.

Acte V

Dîner en famille - Le bateau de papier est perdu corps et biens. Tout est perdu, fors l'honneur, pour le petit soldat tombé vaillamment face à cet énorme poisson de rivière, ennemi aussi inattendu que redoutable qui l'a avalé dans crier gare. Depuis sa disparition, dans la grande maison bourgeoise, personne ne semble accorder d'importance à ce jouet bien ordinaire probablement égaré sous un meuble, à l'exception du petit garçon qui n'a pas encore songé à le pleurer car il s'est inventé bien des histoires aventureuses pour expliquer son absence. Toutefois, tendez bien l'oreille ! Peut-être entendrez-vous une plainte lancinante et des pleurs lointains s'échapper d'une boîte à musique. Encore un peu de patience ! Pour l'heure, la table est dressée pour le dîner familial et devinez ce qu'on y sert pour régaler les papilles ! Un énorme poisson de rivière que la cuisinière éventre sous les yeux mi-horrifiés mi-émerveillés des enfants. D'un coup de couteau, le jour se fait dans les entrailles du poisson et l'enfant s'écrie : « le soldat de plomb ! » On le dégage du bout des doigts, on le nettoie pour lui redonner son lustre et sa fierté et, la soirée s'achevant, le petit garçon lui accorde une permission pour un repos bien mérité.

Animation des jouets à minuit - La nuit est tombée et la maison est endormie. Le balancier de l'horloge égrène inlassablement les heures d'une vie nocturne mystérieuse. Dans l'obscurité, un prodige chaque nuit renouvelé se prépare. Un coup, puis un autre, et un autre encore se font entendre à l'horloge et, à l'instant même où retentit le douzième coup de minuit, les jouets reprennent vie ! Les marottes sont les premières à s'animer dans une gesticulation grotesque qui prête à rire, mais qui ne suffit pas à calmer les tensions palpables dans l'atmosphère. Le diable à ressort, ivre de jalousie depuis le retour du petit soldat de plomb, grimace et menace. Il y a de l'orage dans l'air ! Il finit par éclater. La dispute tourne au drame : sous le coup d'une irrépressible colère, le diable à ressort bondit et rebondit, il est éjecté violemment hors de sa boîte et projeté dans les flammes du poële à bois. Aussitôt les vivats éclatent de toutes parts et les hourras retentissent dans la foule des jouets débarrassés de cette triste figure, pour le plus grand bonheur du petit soldat de plomb et de sa bien-aimée.


Affiche

Pour entretenir le souvenir de cette soirée et pour en conserver le témoignage dans vos archives familiales, vous pouvez télécharger l'affiche du spectacle (au format PDF). Cliquez sur l'image !

Programme

Pour entretenir le souvenir de cette soirée et pour en conserver le témoignage dans vos archives familiales, vous pouvez télécharger le programme du spectacle (au format PDF).  Cliquez sur l'image !

 Revue de presse

Le Maine Libre - Gala de danse superbe ! Les écoles de danse Garreau Le Fort de La Flèche, Baugé et Château-du-Loir, ont présenté leur gala annuel, vendredi, samedi et dimanche à la Salle Coppélia. Avec plus de 150 danseurs sur scène à chaque séance. Quatre chorégraphes ont travaillé sur la scénographie et les ballets, dans une libre adaptation du conte d'Andersen Le Petit Soldat de plomb : Marie-Michèle Le Fort, Solange Garreau Le Fort (sa fille) et Armance Garreau (sa petite-fille), Albert Amphimaque (pour le hip-hop). Les danseurs ont offert au public un spectacle exceptionnel au cours duquel deux variations classiques ont été exécutées : un niveau difficile puisqu'elles figurent au programme de l’E.A.T. (Examen d'Aptitude Technique pour enseigner la danse classique). Les dizaines de costumes, le décor, les jeux de lumière, la musique ont apporté de la magie à cette soirée. Article publié dans Le Maine Libre le 22 juin 2017

Ouest France - Une année de travail pour danser en public - À partir de vendredi, l’école de danse Garreau Le Fort présente son gala annuel, à la Salle Coppélia. Aperçu depuis les coulisses. Salle Coppélia, les répétitions battent leur plein pour les élèves du Cours de danse Garreau Le Fort, avant les trois représentations du spectacle annuel. Cette année, ce sera Le Petit Soldat de plomb, d’après le conte d’Andersen. « L’histoire est très triste, mais nous l’avons optimisée », sourit Marie-Michèle Le Fort. Tableaux, mise en scène, décors et jeux de lumière vont égayer la pièce, en cinq actes, qui mêle danse classique, modern’jazz et hip-hop. Le message ? « La volonté et l’espoir permettent de surmonter l’échec. » Les danseurs de tout âge enchaînent les mouvements, sous les remarques de Solange, leur professeur. En coulisses, les couturières s’activent pour les dernières retouches. « On a les premières réunions au mois de janvier, explique Magali, une ancienne danseuse, qui travaille en duo avec sa mère. Les créations démarrent en mars. » Aucun détail n’est oublié par les huit
petites mains précieuses. « On va même jusqu’à modifier les chaussons ! » Le jour J, elles restent mobilisées. « Il y a toujours quelque chose qui craque. » Ce gala représente « l’aboutissement d’une année de travail », confie une danseuse. C’est aussi une grande « réunion de famille, avant l’été. Un moment de partage entre nous, et avec le public. » Article publié dans Ouest France le 22 juin 2017

Ouest France - La féerie Andersen au gala de danse Garreau Le Fort - C’est un spectacle féerique, autour de l'œuvre de Hans Christian Andersen Le Petit Soldat de plomb, que l'école de danse Garreau Le Fort a présenté au public, vendredi, sur la scène de la Salle Coppélia. Une histoire en cinq actes, avec près de 40 chorégraphies impliquant environ 200 participants - des plus jeunes qui ont à peine 4 ans jusqu’aux danseurs les plus confirmés de la Choréïa - des dizaines de costumes chatoyants et des effets spéciaux ébouriffants. Pendant la première partie du spectacle, on assiste à de la danse classique avec deux variations de haut niveau, puis des danses modern'jazz, des danses de salon et même du hip-hop dans la deuxième partie, où l'ambiance est plus sombre, avec des araignées, des rats des chauves-souris et des squelettes et les musiques plus percutantes. Article publié dans Ouest France le 26 juin 2017

Spectacles des années passées


Contact

Cliquez sur
le bouton  Contact
pour nous joindre :

  • par courrier
  • par eMail
  • par téléphone
  • par formulaire : le formulaire de demande de renseignements est là pour vous simplifier la vie...

Espace Danse
9 rue des Gravaux
72200 La Flèche
06 87 30 45 79

Espace Culturel Communal
La Castélorienne
92 avenue Jean Jaurès
Château-du-Loir
72500 Montval-sur-Loir

02 41 89 24 05

Centre Culturel
René d'Anjou
Place de l'Orgerie
49150 Baugé-en-Anjou
02 41 89 24 05