Spectacle 2008 Le Songe d'une nuit d'été

Le Songe d'une nuit d'été est une pièce de William Shakespeare, écrite vers 1595, jouée pour la première fois à Londres vers 1600, sous le titre original A Midsummer Night's Dream. Elle offre une diversité de genres (de la tragédie à la farce en passant par la comédie féerique) familière au public anglais de l'époque, mais déroutante pour le public français d'aujourd'hui. Au risque de choquer les puristes, nous n'en avons visité que l'univers onirique de la nuit. Vous ne retrouverez pas ici la cour du duc d'Athènes ou les tréteaux des artisans. Comme le compositeur Félix Mendelssohn, nous avons choisi de recréer plutôt une atmosphère de féerie nocturne où se croisent dans une course folle les créatures merveilleuses et les hommes dominés par leurs passions. En compagnie de Shakespeare, le spectateur explore le paysage de l'amour dans ses moindres détours : émotion des sentiments naissants, passion romanesque, manipulation du désir, amours vagabondes, fidélité dans le mariage. Dans les profondeurs des sous-bois, sous la clarté opalescente de la lune, les sentiments se brouillent sous l'influence de génies fantasques. De retour à la réalité, on assiste à un triomphe de l'amour qui pour être un engagement raisonnable n'en est pas moins une passion irrationnelle fort difficile à expliquer. L'adaptation très libre et très moderne que nous en proposons ne demande pas aux enfants de trop y réfléchir ! Laissons-les encore aux enchantements du rêve et à la promesse de joyeuses vacances.

 Photos - Sélection

Lien temporairement désactivé ! A l'attention du visiteur pressé qui veut découvrir en quelques instants la qualité de nos spectacles, voici une sélection de vingt photographies qui restituent l'atmosphère si particulière qui règne lors des représentations : magie de la lumière, surprise des effets spéciaux, beautés des costumes, féerie des décors, rebondissements de l'action. Pour en savoir plus, le visiteur curieux pourra consulter la rubrique Médiathèque > Photos spectacles dans le Menu principal.

 Photos - Galerie complète

Cliquez sur l'image ! Les photographies du spectacle sont visibles en cliquant sur la galerie ci-dessous ou à partir du menu principal dans la rubrique Médiathèque > Photos spectacles.

 Acte I

La route des vacances - C'est l'été ! En ce premier jour de vacances, vive est l'agitation des enfants et grande la nervosité des parents. Les derniers préparatifs avant le séjour au bord de la mer, les valises impossibles à fermer et le coffre déjà plein, rien vraiment ne contribue à faire baisser la tension dans les familles au moment du départ. Sous le regard mi-amer, mi-amusé de jeunes hip-hopper de la cité voisine, les vacanciers amassent, entassent, amoncellent et empilent les bagages dans leurs automobiles. Ils ne doivent pas embarrasser le chien déjà vautré sur la banquette arrière, mais plutôt tenter de rassurer le chat effrayé qui fait ses griffes sur le velours des sièges. De rapides adieux et voilà tout le monde sur la route du bonheur ! Enfin ! Pas tout à fait ! Les citadins quittent le tumulte de leur vie quotidienne pour s'enfoncer dans le vacarme et la pollution des embouteillages. Parmi eux, un groupe de cinq jeunes gens. Lysandre et la douce Hermia sont amoureux. Démétrius et la belle Héléna connaissent des difficultés, car Démétrius éprouve des sentiments troubles pour Hermia. Bottom quant à lui est le boute en train du voyage. Sous la chaleur accablante des heures du jour et sur la monotonie de l'asphalte qui suinte l'ennui, la fatigue gagne les corps et les esprits. Bottom qui est chargé de lire les cartes et d'indiquer l'itinéraire n'y prête pas suffisamment attention. Les jeunes gens s'égarent en pleine nuit sur de petites routes de campagne. Epuisés, ils s'arrêtent dans les bois, s'assoupissent sous les étoiles et s'abandonnent aux rêves pour « attendre la clarté secourable du jour ».

 Acte II

Nuit d'été dans les bois enchantés - La nature a revêtu un lourd manteau de nuit. Au milieu des fougères, on assiste à la dispute de créatures merveilleuses : « Chaque fois maintenant qu'ils se rencontrent, à la clarté du ciel étoilé, Titania, la reine des fées, et Obéron, le roi des elfes se querellent » pour un motif futile. Un moment plus tard, sous le regard d'Obéron, Héléna poursuit Démétrius qui manque de tendresse à son égard. Obéron appelle « cet esprit malicieux et coquin qu'on nomme Puck » et lui demande d'aller chercher « une petite fleur magique que les jeunes filles appellent Pensée d'amour. [... ] Son suc étendu sur des paupières endormies, peut rendre une personne, femme ou homme, amoureuse folle de la première créature vivante qui lui apparaît [...]. » Quand Obéron aura cette fleur, il réconciliera le couple déchiré de Démétrius et de la belle Héléna. Par le même artifice, son intention est de punir Titania : il l'épiera dans son sommeil et il laissera tomber une goutte de ce suc sur ses paupières. « Le premier être qu'elle regardera en s'éveillant, elle le poursuivra avec l'âme de l'amour. » Pour l'heure, Lysandre et Héléna entrent en scène. Par plaisanterie, Puck ensorcelle Lysandre avec le suc de la fleur magique afin qu'il trahisse l'amour d'Hermia et tombe amoureux d'Héléna. Amusé de sa propre farce, il regarde le nouveau couple se disputer et sortir. En même temps, entre le joyeux Bottom. Puck le transforme en âne avec une arrière-pensée malicieuse. Titania commande à ses fées de chasser les elfes d'Obéron. Elle cherche ensuite le repos sur un « banc [...] couvert par un dais de chèvrefeuilles vivaces, de suaves roses musquées et de fougères. C'est là que dort Titania, à certains moments de la nuit, bercée dans ces fleurs par les danses et par les chants. » Puck revient alors à pas de loup, attirant Bottom par une botte d'herbe fraîche. Celui-ci braie tellement fort qu'il réveille Titania qui tombe immédiatement amoureuse de lui !

 Acte III

La colère d'Obéron - « Les vents ont aspiré de la mer des brouillards contagieux qui, tombant sur la campagne, ont à ce point gonflé d'orgueil les plus chétives rivières qu'elles ont quitté leurs lits. Aussi la lune, cette souveraine des flots, pâle de colère, remplit l'air d'humidité. » Plus inquiétants encore, d'étranges loups hurlent au fond des bois. Ce qui engendre ces maux, au cœur de l'été, ce sont les dissensions de Titania et d'Obéron. Si ce dernier jubile un moment en voyant son épouse s'amouracher d'un âne, il comprend également la méprise de Puck en découvrant que Lysandre poursuit désormais Héléna de ses ardeurs. Tandis que Puck se réjouit de cette confusion, Obéron - qui trouve que la farce a assez duré - se met en colère. Il charme Titania, bouscule l'âne Bottom qui recouvre sa forme humaine et ordonne à Puck de rétablir la paix. On voit donc le lutin endormir tout le cercle des personnages et les disposer en couples harmonieux.

 Acte IV

Enfin les vacances ! - « Hier si fatigués et déchirés par les ronces, ils ne pouvaient se traîner ni aller plus loin ; leurs jambes ne pouvaient plus marcher au pas de leurs désirs. Ils se sont reposés ici, jusqu'au point du jour ! » Ils entendent à présent un clapotis de vagues, une brise légère, les cris d'une mouette. La nuit abrège ses heures et un jour nouveau se lève sur les bois au bord de la mer. Les jeunes gens ouvrent les yeux sur un monde heureux qu'ils ignoraient à portée de main. « Dès qu'ils s'éveillent, ils ne se rappellent les événements de la nuit que comme les tribulations d'un rêve étrange » et, attirés par le bruit, ils s'avancent amoureux vers la dune.

 Revue de presse

Le Maine Libre - Difficile de trouver de la place Salle Coppélia, vendredi soir, pour le premier des deux galas donnés par les Cours Le Fort. Ceux-ci sont présents à La Flèche depuis 35 ans et ont toujours fasciné leur public par l'originalité de leurs spectacles. La barre avait été mise très haut cette année avec une adaptation libre du Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare. « Les répétitions ont commencé au mois de mars, mais le spectacle n'a vraiment pris forme que lors des quatre dernières » indiquait un des organisateurs. Pour faire revivre la magie du conte de Shakespeare, pas moins de 300 danseurs ont évolué sur scène, venus de Baugé, Château-du-Loir et La Flèche. Tout avait été préparé dans les moindres détails, et à la féerie des danses s'ajoutaient celles des décors et des effets spéciaux, avec en particulier un ciel étoilé réalisé en fibres optiques. (Le Maine Libre)

Le Hic - Dans une mise en scène soutenue par des effets spéciaux et par des costumes chatoyants, les danseurs du Cours Le Fort interpréteront une libre adaptation de la comédie de William Shakespeare - Le Songe d'une nuit d'été - et vous entraîneront dans un spectacle enlevé où se mêleront les genres des danses classique, modern' jazz, hip-hop et (nouveauté 2008) de l'art lyrique : deux jeunes artistes interpréteront, l'une en chant, l'autre au piano, un air de Pergolèse.

 Spectacles des années passées


Contact

Cliquez sur
le bouton  Contact
pour nous joindre :

  • par courrier
  • par eMail
  • par téléphone
  • par formulaire : le formulaire de demande de renseignements est là pour vous simplifier la vie...

Espace Danse
9 rue des Gravaux
72200 La Flèche
06 87 30 45 79

Espace Culturel Communal
La Castélorienne
92 avenue Jean Jaurès
Château-du-Loir
72500 Montval-sur-Loir

02 41 89 24 05

Centre Culturel
René d'Anjou
Place de l'Orgerie
49150 Baugé-en-Anjou
02 41 89 24 05