Archives 2007 - 2008


Choréïades 2008 sur www.villelafleche.fr

Le spectacle amateur des Choréïades aura lieu dimanche 13 avril à 16h30, salle Coppélia. Il s'agit du moment fort du week-end des Choréïades. Il permet à de jeunes danseurs et danseuses amateurs des écoles du grand Ouest de la France - dans un élan d'enthousiasme bien éloigné de l'esprit de compétition qui règne dans les concours - de se retrouver sur scène pour présenter avec talent des ballets originaux préparés pendant l'année avec leurs professeurs, dans toutes les disciplines chorégraphiques (danse classique, danse modern' jazz, danse contemporaine, danse hip-hop, etc.). Il permet à un public d'amateurs - dans un esprit de générosité - de contribuer à une oeuvre de solidarité puisque les bénéfices du spectacle amateur et les denrées collectées sont intégralement remis à des associations caritatives et humanitaires.


Folle Journée 2008

A l'occasion de la Folle Journée 2008, l'Ecole de musique municipale de La Flèche et le Cours de danse Le Fort se sont retrouvés sur la scène de la Salle Coppélia pour interpréter un extrait de l'opéra I Gondolieri de Rossini.


OF - Florent Mollet chez Maurice Béjart (2001)

Issu des Cours Le Fort, le jeune danseur est à l'école Béjart à Lausanne. Florent rêve de ballets néo-classiques. - A 17 ans, Florent Mollet va bientôt devenir danseur professionnel. Après avoir débuté aux Cours Le Fort, le jeune est actuellement en deuxième année à l'école de Maurice Béjart, en Suisse. De passage à La Flèche, il a rechaussé ses chaussons sous la direction de son ancien professeur, Solange Garreau Le Fort. La main gauche sur la barre, en équilibre sur la pointe des pieds, Florent écoute les directives de Solange Garreau Le Fort. Ce jeune danseur de 17 ans connaît bien le professeur. « II a débuté à l'âge de 4 ans par une initiation à la danse dans le cours que nous donnons à Château-du-Loir, sa ville natale. » Début septembre, Florent Mollet va entamer sa deuxième année de cours dans l'école de Maurice Béjart, à Lausanne, en Suisse. Mardi et mercredi derniers, il est venu « se ressourcer » et travailler ses muscles dans l'école fléchoise avant d'attaquer une année difficile. «Je vais travailler 70 heures par semaine, sans vacances. » Un rythme effréné que le jeune homme envisage malgré tout avec sérénité. La danse, c'est son rêve, et depuis longtemps. « A 14 ans, j'ai vraiment commencé à m'impliquer, en sachant que je voulais en faire mon métier. » Quelque temps plus tard, il intègre le conservatoire de Tours pour un an, et passe des auditions à l'Opéra et au conservatoire de Paris. Pris aux deux, il choisit l'Opéra. Au cours de son année passée dans le prestigieux établissement de danse parisien, il est repéré par un responsable de la non moins célèbre école Béjart. «Il m'a proposé d'y entrer, sans audition ». Florent saute sur l'occasion et devient ainsi le plus jeune élève de l'école suisse. Le roi du monde ! - «Durant l'année qui vient, je vais passer beaucoup d'auditions pour intégrer une compagnie. J'aime beaucoup le néo-classique, comme ce qui se fait dans la compagnie de Maurice Béjart », explique le jeune homme. Danseur professionnel, Florent pourra alors vivre pleinement sa passion. «Quand je danse, je me sens ailleurs, j ai l'impression d'être dans un autre monde. Et puis, le rapport avec le public, c'est exceptionnel. Sur scène, je me sens le roi du monde ! », explique l'artiste avec enthousiasme. Déjà l'an dernier, Florent s'est produit à plusieurs reprises sur scène, dans le cadre de tournées organisées par son école. « Nous étions à Avignon pour l'inauguration du TGV et j'ai dansé devant le président Chirac, c'était la première fois que le voyais », se souvient-il en riant. S'il a passé son bac de français l'an dernier, Florent n'aura plus cette année de scolarité « normale ». De la danse, rien que de la danse. « Mais je pourrai très bien passer mon bac si ça ne marche pas. », envisage-t-il. A 17 ans, le jeune Sarthois vit seul dans un appartement à Lausanne. Une vie d'adulte qu'il semble très bien gérer. « Heureusement que mes parents sont compréhensifs et qu'ils me soutiennent. Je leur dois beaucoup. » Ouest France août 2001


ML - Disparition de Maurice Béjart

Florent Mollet, ancien élève des Cours Le Fort avait été sélectionné par Maurice Béjart. - Ancien élève des Cours de danse Le Fort, Florent Mollet a suivi les cours de la Rudra Béjart à Lausanne, de 2000 à 2002, et fait partie de la compagnie M, fondée par Maurice Béjart. Après avoir suivi pendant dix ans les Cours de danse Le Fort, à Château-du-Loir, puis à La flèche, Florent Mollet avait intégré l'Ecole Rudra Béjart de Lausanne. C'était en l'an 2000.Aujourd'hui membre de la compagnie Thierry Malandain à Biarritz, le jeune danseur, âgé d'une vingtaine d'années, se souvient du célèbre chorégraphe, qui vient de mourir à l'âge de 80 ans. Maurice Béjart, « c'était le partage, l'envie de transmettre », souligne Florent Mollet, l'ancien élève de Solange Garreau Le Fort. « II racontait facilement les différentes époques de sa vie. Au-delà de la danse et de tout ce qu'il a fait, je garde à l'esprit l'image de quelqu'un de très cultivé et sensible. Pour moi, il y a eu deux moments très forts. Le premier lorsque j'ai passé une audition pour entrer à l'école de Lausanne. Ne pensant pas être pris, je suis allé voir Maurice Béjart dans son bureau, pour lui demander des conseils. Et c'est là que j'ai appris la bonne nouvelle, qu'il me prenait. » Autre moment important, en 2003, lorsque la compagnie M qu'il venait de créer, s'est arrêtée. « Maurice Béjart était désolé de voir cette aventure se terminer. Il nous considérait comme ses petits-enfants. Nous étions un peu sa famille. » Relations affectives, regard perçant, carrure de colosse, personnage charismatique, Maurice Béjart avait quelque chose d'unique et d'indéfinissable. « Il entretenait des relations affectives avec ses danseurs », remarque Florent Mollet qui l'aura côtoyé pendant trois ans. Lorsque la compagnie M s'éteint faute de subventions, le jeune danseur quitte la Suisse pour entrer comme stagiaire aux Ballets de Monte-Carlo, avant d'être engagé au Ballet de l'Opéra de Nice, puis au Ballet de l'Europe, et enfin à Biarritz. Pascale Pineau Le Maine Libre novembre 2007


Contact

Cliquez sur
le bouton  Contact
pour nous joindre :

  • par courrier
  • par eMail
  • par téléphone
  • par formulaire : le formulaire de demande de renseignements est là pour vous simplifier la vie...

Espace Danse
9 rue des Gravaux
72200 La Flèche
06 87 30 45 79

Espace Culturel Communal
La Castélorienne
92 avenue Jean Jaurès
Château-du-Loir
72500 Montval-sur-Loir

02 41 89 24 05

Centre Culturel
René d'Anjou
Place de l'Orgerie
49150 Baugé-en-Anjou
02 41 89 24 05